Accueil Forums 2. Comment fournir un feedback qui favorise l’apprentissage ? Comment fournir un feedback qui favorise l'apprentissage?

Ce sujet a 3 réponses, 2 participants et a été mis à jour par  COBUT Bernard, il y a 9 heures et 37 minutes.

  • Auteur
    Messages
  • #1465 Répondre

    Catherine Lesire
    Modérateur

    Découvrez le mémo de Pascale Ek et Maud Sauvage en cliquant ici.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 1 jour par  Catherine Lesire.
    • Ce sujet a été modifié le il y a 2 semaines et 1 jour par  Catherine Lesire.
  • #1501 Répondre

    Jamin Virginie

    Bonjour,
    Merci Maud et Pascale pour ce mémo riche et, selon moi, équilibré dans ses aspects théoriques et pratiques.
    Après sa lecture, j’ai deux questions à vous poser.
    1) Vous évoquez la discussion avec les pairs comme possibilité pour soutenir le dialogue nécessaire à la démarche de feedback. Je me demande donc si, dans ces échanges, la comparaison sociale ne risque pas de provoquer un effet inverse (sentiment d’incompétence, d’ignorance, ou pire, d’injustice) à celui recherché (soutien de la progression dans les apprentissages, reconnaissance…) ?
    2) Dans la note de synthèse de Georges et Pansu (2011) proposée dans la rubrique « Pour aller plus loin », j’ai pu lire les avis nuancés quant aux « feedback de capacité » vs « feedback d’effort ». J’aimerai savoir ce que des étudiant.e.s (comme vous donc ;-)), ont comme avis critique sur cet aspect : quel type de feedback vous apparait comme le plus utile à votre développement de compétences ?
    Merci d’avance pour vos réponses.
    Belle journée,
    Virginie Jamin

  • #1502 Répondre

    Maud Sauvage

    Bonjour Virginie,

    Nous vous remercions pour votre retour positif.
    Nous avons fait quelques recherches supplémentaires, puis avons discuté toutes les deux pour répondre au mieux à vos questions, ce qui explique que nous ayons mis un peu de temps à réagir.

    1) De nombreuses études ont été menées en psychologie sociale sur ce phénomène de comparaison sociale et nous n’entrerons pas ici dans une analyse de celles-ci. Nous souhaitons simplement souligner que, si la comparaison sociale est inévitable, le professeur peut, selon nous, mettre en place une série de choses visant à la minimiser.
    Tout d’abord, il peut créer un cadre bienveillant dans sa classe, en favorisant les interactions constructives entre étudiants dans un esprit de coopération (discussions en groupe, séminaires, partages d’expériences…) et en bannissant toute compétitivité.
    D’autre part, le feedback devrait être réalisé sur base d’une grille critériée pour qu’il soit le plus objectif possible ; ainsi, il provoquera moins chez les étudiants un sentiment d’injustice.
    Le feedback devrait également être présenté aux étudiants comme un outil visant la progression.
    Enfin, nous pensons que le professeur devrait prendre le temps d’expliquer l’objectif de cette discussion entre pairs suite au feedback, c’est-à-dire d’en discuter pour le comprendre, et éventuellement de réfléchir ensemble à des pistes d’amélioration.
    En échangeant de manière régulière dans un climat bienveillant et en étant au clair avec les objectifs du feedback et de la discussion, les étudiants seront alors davantage dans un climat d’entraide et de développement de compétences.

    2) Pour permettre à d’autres lecteurs de comprendre notre propos, nous souhaitons rappeler ce que l’on entend par “feedback de capacité” et “feedback d’effort”, traités dans cet article de Georges et Pansu.
    Le feedback de capacité renvoie aux attributs et à la personnalité de l’élève, tandis que le feedback d’effort est centré sur les efforts fournis par l’élève et/ou sur les stratégies qu’il met en place.
    Il nous semble que ces types de feedbacks attributionnels (capacité et effort) sont rarement utilisés dans le supérieur (nous n’en avons nous-mêmes jamais fait l’expérience). Ils le sont sans doute davantage dans le fondamental.
    Quand bien même cela pourrait flatter notre égo de recevoir un feedback de capacité (à condition qu’il soit positif), en tant qu’adultes, nous n’attribuerions pas notre réussite à cela, mais bien au travail fourni. Quant au feedback d’effort, nous pensons qu’il serait mal venu, car il est difficile pour tout enseignant d’évaluer fidèlement les efforts déployés par l’étudiant.
    Nous pensons que l’enseignant devrait éviter de donner un feedback attributionnel, quel qu’il soit…Le feedback devrait être donné sur la production de l’étudiant uniquement, afin que celui-ci évolue au niveau de la prise en charge de son apprentissage et le professeur devrait être attentif à ne pas inférer sur la cause des performances. Dans notre mémo, nous le notons et nous y croyons : formuler des feedbacks liés à la production de l’étudiant et non à sa personnalité et ce, même de façon positive : s’il pense que sa réussite est due à sa personnalité plutôt qu’à ses actions, l’étudiant n’aura pas le sentiment de maîtriser son apprentissage et ne tentera pas de se corriger.

    Nous espérons que notre réponse vous satisfera.

    Bonne soirée,

    Pascale et Maud

  • #1506 Répondre

    COBUT Bernard

    Bonjour Maud et Pascale,

    Bravo pour ce mémo clair et concis qui devrait donner des idées à de nombreux enseignants parfois en difficulté relationnelle avec les étudiants.
    Les contenus abordés me font penser à la méthode de Thomas Gordon développée il y bien longtemps et que l’on peut retrouver dans un livre intitulé « Enseignants efficaces » que je vous recommande.
    Je pourrais aussi vous suggérer de donner un exemple de feed back assertif mais dans le cas d’un comportement attendu, positif.
    Bonne continuation.
    Cordialement.

    Bernard

Répondre à : Comment fournir un feedback qui favorise l'apprentissage?
Vos informations: